26828330_1569851903111089_1303354603_o
Château Lynch Moussas
« 1 de 9 »

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’or rouge nous vient du Médoc »

Le 11 décembre 2017, les étudiants de la FCIL 2017-2018, accompagnés par Laurent Delarbre, se sont rendus sur le territoire médocain afin de découvrir les différents vins que ce territoire pouvait offrir. La journée a été rythmée par 4 visites, le tout accompagné par une visite touristique en utilitaire contée par notre vaillant et fin connaisseur du Médoc, M. Delabre.


Première visite : Lynch Moussas – Pauillac

Le Château Lynch Moussas a été la propriété du Comte Lynch du XVIIe siècle jusqu’en 1919, où la famille Casteja a racheté la propriété.

Le vignoble de 60 hectares, essentiellement constitué de vigne de 30 ans d’âge, comporte 70% de Cabernet Sauvignon et 30% de Merlot. « Faire exprimer le terroir », ainsi est donc la philosophie du Château Lynch Moussas, et pour ce faire les propriétaires assurent des vendanges manuelles, plusieurs tries sélectives et des élevages sur lies fines.

Il y a maintenant 20 ans que la propriété exporte ses différents vins en Asie, et plus particulièrement en Chine. Il s’agit d’une des raisons pour laquelle, les propriétaires ont décidé de créer une version en chinois de leur site internet.


Deuxième visite : Cos d’Estournel – Saint Estèphe

Aussi connu sous le nom de « Maharadjah de Saint-Estèphe », Louis Gaspard d’Estournel, le fondateur du château Cos d’Estournel, a décidé de s’ouvrir au monde en exportant ses vins en Inde à partir de 1838. Son attirance pour l’Inde, voudra à son château une unicité exotique : pagode, dorure, ainsi que des éléphants décoratifs.

Outre une distinction architecturale, Cos d’Estournel se distingue aussi techniquement : l’installation du premier chai bordelais entièrement gravitaire en 2008. Les baies de raisins sont donc manipulées avec douceur, et ce, de la vendange à la mise en bouteille. Aucune pompe n’est utilisée, et les cuves ascenseurs permettent de remplacer ces dernières.


Troisième visite : Beychevelle – Saint Julien

Au début du XVIIe siècle, le premier duc d’Epernon devient le propriétaire du domaine, de nos jours, connu sous le nom de Beychevelle. La légende raconte que l’Amiral était si reconnu, que lorsque des voiliers passaient devant son domaine, ces derniers baissaient la voile, signe de grand respect pour l’Amiral. C’est pourquoi « Baisse voile » en gascon, Bêcha vêla, devint le nom du domaine.

Le domaine Beychevelle allie tradition et modernité dans l’élaboration, et ce grâce à la construction d’un nouveau chai permettant une distinction intra-parcellaire et une manipulation gravitaire des raisins.

Concernant la Chine, les vins du château Beychevelle ont reçu un grand accueil des consommateurs chinois : le navire à proue de griffon n’était qu’une transposition d’un dragon, symbole emblématique dans le monde chinois.


Quatrième visite : Cantenac Brown – Margaux

C’est à Cantenac que John Lewis Brown a décidé de construire un château de style Tudor, afin de lui rappeler ses origines écossaises. Des années plus tard, Louis Armande Lalande décida d’agrandir le domaine en construisant à l’identique et symétriquement la bâtisse anglosaxone.

Perrine SCHAEFFER